Banniere STVB
idée reçue n° 1 : "Désormais je vais voir mon Médecin du Travail tous les 5 ans"

 

Je vais le voir quand il y a un besoin.

Le Médecin du Travail :
• adapte le suivi de santé en fonction du métier, de l'environnement de travail, des risques, de l'âge du salarié, de son état de santé,
• établit par protocole la périodicité et les modalités de suivi dans une délai maximal de 5 ans.

Le salarié peut demander à voir le médecin du travail à tout moment.

En cas d'arrêt de travail prolongé (30 jours effectifs) le salarié rencontrera systématiquement le médecin du travail à sa reprise d'activité (c'est son employeur qui demandera le rendez-vous au service de santé au travail).

idée reçue n° 2 : "La Médecine du travail c'est une médecine à 2 vitesses aujourd'hui"

La "Médecine du travail " est devenue "Santé au travail".

•  Sa mission première est une mission de PREVENTION.

• Le protocole de suivi de santé du salarié le mieux adapté à sa situation est établi par le médecin du travail.

• Vision plus pragmatique du suivi de santé.

• Tous le salariés seront reçus par un personnel médical :

Le Médecin du Travail est un spécialiste au même titre qu'un cardiologue, son intervention est ciblée sur des situations à risques

Nos infirmières ont des compétences spécifiques en santé au travail, elles ont été formées à cet effet.

idée reçue n° 3 : "Lorsque je recrute un salarié, je n'ai plus de visite d'embauche à prévoir"

FAUX, la visite reste obligatoire mais c'est l'avis d'aptitude qui ne l'est plus.

• Salariés non concernées par des risques professionnels :
   - La visite d'embauche devient une visite d'information et de prévention (VIP) 
   - Obligatoire sauf si le salarié est en possession d'une attestation pour un emploi similaire depuis moins de 5 ans.

• Salariés soumis à des risques particuliers :
   - Un examen médical d'aptitude est toujours nécessaire.

L'employeur doit demander un rendez-vous auprès de son service de santé au travail.

idée reçue n° 4 : "En tant qu'employeur, je paie une cotisation chaque année et je ne vois pas le médecin du travail"

Adhésion à un bouquet de prestations, pas une facturation à l'acte médical

Démarche globale de prévention adaptée par le médecin du travail pour l'entreprise :
• Coût mutualisé comme pour une assurance ou une mutuelle,
• Des conseils sont donnés aux entreprises et aux salariés : TMS, RPS... 
• Pas de coût supplémentaire lorsque la situation nécessite des prestations complémentaires aux visites médicales (actions en milieu de travail, établissement de la Fiche d'Entreprise, conseil...)

Association à but non lucratif :
• Optimiser l'ensemble de nos moyens au service des entreprises
• Faire des bénéfices n'est pas l'objectif des services de santé au travail !

idée reçue n° 5 : "Moins de visites individuelles, donc mes cotisations vont baisser"

 

• Le budget est voté chaque année par le Conseil d'Administration, le montant des cotisations est fixé par les représentants employeurs et salariés.

• La loi impose la modernisation de l'organisation : de nouvelles compétences sont requises : Infirmière, préventeurs... (formations importantes d'où coût important).

 

 

idée reçue n° 6 : "Je suis en bonne santé, je ne suis pas concerné par la santé au travail"

 

Mission des services de santé au travail  : préserver la santé au travail

Tout salarié peut mobiliser le service dès qu'il en ressent le besoin.

Médecine de PREVENTION :  éviter toute altération de la santé des travailleurs.

Etre accompagné pour devenir acteur de la prévention dans son entreprise pour réduire les risques (Accident du Travail et Maladies Professionnelles).